La publicité automobile : incompatible avec nos cibles climatiques

Appel à l'action : Pétition pour réglementer la publicité automobile

Introduction

Resserrons le cadre réglementaire de la publicité des véhicules à essence et des camions légers.

Nouvelle | 23 nov. 2021

Sécurité routière
Zones modulaires

Renversons la tendance !

La  publicité automobile a une réelle influence sur nos choix de consommation. Il faut renverser la tendance. C’est un enjeu climatique, de santé et de sécurité publique, notamment parce que les gros véhicules sont plus dangereux pour les usagers se trouvant à l'extérieur, dont les piétons.

Il est plus que temps d’agir pour que cesse cette influence publicitaire qui nuit collectivement à l’atteinte de nos objectifs climatiques et environnementaux.

Signez la nouvelle pétition pilotée par Équiterre pour un meilleur encadrement de la publicité automobile des véhicules à essence et des camions légers.

Les camions légers: 80 % des ventes de véhicules neufs en 2020

En effet, les camions légers – qui comprennent les véhicules utilitaires sport (VUS), les véhicules utilitaires multisegments (VUM), les camionnettes (pick-ups) et les minifourgonnettes – ont représenté quatre (4) véhicules neufs vendus sur cinq (5) au Canada en 2020, autrement dit 80 % des véhicules neufs.1

Les véhicules à essence et particulièrement les camions légers ont des impacts multidimensionnels. Il faut renverser la tendance de la prolifération des camions légers et autres véhicules à essence sur nos routes. Nous devons reconnaître que c’est un enjeu de santé et de sécurité publique, réduire l’offre et la demande des gros véhicules et nous devons accroître la réglementation sur la publicité automobile.


1Source : Équiterre

 

Faits saillants

L’empreinte environnementale des camions légers est tangible. Leurs impacts négatifs sont directs et quantifiables que ce soit sur l’environnement, la sécurité routière, la santé publique, les infrastructures, la congestion ou les finances des ménages.

Par exemple :
Empreinte environnementale : Les émissions de GES des camions légers ont augmenté de 156 % entre 1990 et 2018 au Canada!1 Par leur consommation plus grande de combustibles fossiles, les gros véhicules contribuent à la pollution de l’air, ce qui a des conséquences importantes sur la santé publique au Canada.

Sécurité : Le sentiment de sécurité associé à la conduite d’un camion léger est l’une des variables importantes lors du choix de véhicule. Or, la publicité associée aux VUS et autres camions légers omet les risques que ces véhicules comportent pour les usager(ère)s de la route à l’extérieur du véhicule.

Infrastructures : Le poids plus élevé des gros véhicules provoque une usure hâtive des infrastructures routières et donc des dépenses plus importantes pour l’ensemble des contribuables.

Finance des ménages : Les VUS sont en moyenne beaucoup plus dispendieux et contribuent à alourdir la dette des ménages canadiens: ils coûtent en moyenne 10 000 $ de plus qu’une voiture standard au Canada.

* Le gouvernement fédéral a annoncé en juin que, dans 14 ans, soit en 2035, les voitures ou camions légers à passagers neufs alimentés par un moteur à combustion (à essence ou à diesel) ne pourront plus être vendus au pays. Des cibles intermédiaires pour 2025 et 2030 devraient être établies pour que les ventes de véhicules neufs à moteur à combustion diminuent progressivement avant leur interdiction. En contrepartie, nous constatons que la publicité automobile de ces véhicules est omniprésente et influence le comportement des Canadien.ne.s.

1Page 22 du Rapport. Et de 161 % au Québec pour la même période entre 1990 et 2018.
Source : Étude «Comprendre la hausse des camions légers au Canada afin de renverser la tendance d’Équiterre»

 

Abonnez-vous à notre infolettre

Restez informé de nos prises de positions, de nos projets et activités!
Vous pourrez vous désabonner à tout instant.