S’engager envers vision zéro et dévoiler un calendrier pour doter de trottoirs toutes les routes traversant un coeur villageois.

Monsieur le Ministre François Bonnardel: vous engagez-vous à protéger la vie humaine?

Introduction

À quand la présence de trottoirs sur toutes les routes du MTQ traversant nos milieux de vie au Québec?

Points de vue | 16 sept. 2021

Sécurité routière
Zones modulaires

Monsieur le Ministre, 

Je vous l’avoue, je suis consternée. Consternée de l’absence de responsabilité assumée par notre société pour protéger nos concitoyennes et concitoyens lors de leurs déplacements à pied, y compris nos enfants. 

Lundi, j’apprenais votre réaction au rejet de l’idée soumise à la population de Saint-Flavien d’emprunter 1,2 millions de dollars pour construire un trottoir sur leur rue Principale, qui est aussi une route sous la gestion du ministère des Transports. «Le choix appartient à la population de Saint-Flavien»1, c’est la conclusion que vous tirez de toute cette affaire. 

Monsieur le Ministre, une enfant est décédée en marchant vers l’école. À l’âge de 11 ans, Anaïs Renaud est décédée parce que notre société a pris la décision de retirer le trottoir sur cette route en 2002. Le rapport de la coroner Géhane Kamel est clair: le décès d’Anaïs était évitable. Sa recommandation l’est tout autant: construire un trottoir pour sauver des vies. Dans ce contexte, trouvez-vous réellement acceptable que la municipalité s’en remette à un référendum qui demande aux 1600 âmes de Saint-Flavien s’ils souhaitent s’endetter, ou non, pour décider si la recommandation de la coroner sera appliquée? Un trottoir doit être vu comme un aménagement de base pour assurer la sécurité de la population, tout comme la caserne de pompier ou la clôture autour de la piscine municipale. La décision de le construire ou pas ne devrait pas être soumise à un référendum sur son financement. 

Un constat clair se dégage de cette situation. Le ministère des Transports du Québec ne peut plus se contenter de transférer aux municipalités la responsabilité d’assurer la sécurité minimale des piétons sur les routes sous sa gestion, sans établir de normes minimales et sans donner aux municipalités les moyens de le faire. Votre ministère ne peut pas se décharger ainsi de sa responsabilité de protéger les personnes qui se déplacent sur ses routes. La rue Principale de Saint-Flavien n’est pas la seule à être sous la juridiction du ministère et à être dépourvue de trottoir. En moyenne, si l’on exclut la région de Montréal, le tiers des décès piétons ont lieu sur des routes numérotées au Québec. Ces routes accueillent beaucoup de circulation, souvent rapide, ainsi que du camionnage. Les doter de trottoirs est primordial pour assurer la sécurité de ses usagers les plus vulnérables, surtout en hiver.

Votre ministère peut agir afin de prévenir de futurs décès dans des circonstances similaires. La probabilité qu’un autre enfant soit victime d’une collision mortelle à Saint-Flavien demeure faible. Mais celle qu’un autre enfant meurt sur une route sous la juridiction de votre ministère qui ne comporte pas de trottoir, elle, est très élevée. Vous avez le pouvoir de sauver des vies, Monsieur le Ministre. Seul votre ministère peut agir proactivement et assurer l’uniformité de la qualité et de la sécurité des aménagements piétons sur ses routes. Comme société, nous avons la responsabilité de protéger la vie humaine et, lorsqu’on parle de sécurité routière, l’approche vision zéro, qui vise à éliminer les collisions graves et mortelles, est le chemin à suivre. Votre ministère doit s’y engager et déployer un plan d’action qui lui permettra de doter de trottoirs toutes ses routes traversant nos villages et milieux de vie. 

Monsieur le Ministre, au nom de tous les piétons du Québec, de toute la population du Québec, je vous demande de faire preuve de leadership en présentant un calendrier clair en ce sens et en agissant dès maintenant pour prévenir les décès piétons sur nos routes.

  • Sandrine Cabana-Degani
    Directrice de Piétons Québec

Rejet de la construction d’un trottoir à Saint-Flavien « Combien vaut une vie ? », La Presse

Abonnez-vous à notre infolettre

Restez informé de nos prises de positions, de nos projets et activités!
Vous pourrez vous désabonner à tout instant.